sâmbătă, 1 noiembrie 2008

Souffrir est mal vu...

De ani de zile, am tot amânat reproducerea unor dragi fragmente decupate cu grijă din L'EXPRESS, 26/01/2004. Un subiect intens dezbătut pe blogul Klarei - Oameni impovarati - m-a determinat să scotocesc şi eu în caiete. Era acolo vorba (mai cu seamă în comentarii) de suferinzii, împovăraţii care ne agresează, care îşi afişează "indecent" crucea pe care o poartă. Iată-le mai jos, fragmentele, la fel de proaspete ca acum 4 ani.

Aujourd'hui, souffrir est très mal vu. C'est indecent même, comme si cela laissait soupçonner un manque d'adaptation à l'idéal partout proclamé d'un bonheur éclatant. Celui qui n'est pas beau, jeune, en bonne santé, fort et heureux n'existe pas. On ferme les yeux sur son passage: il vaut mieux ne rien savoir.

Sous prétexte qu'il faut être fort et heureux pour exister, l'individu en vient à ignorer ses propres souffrances: il affiche un bonheur de façade qui correspond au schéma véhiculé par les médias et la publicité. Cela est extrêmement dangereux. Tout d'abord parce que la souffrance finit toujours par revenir, et parfois de manière meurtrière - surtout lorsqu'elle a été longtemps refoulée - mais parce que la rejeter consiste à refuser de vivre sa propre vie.

Il faudrait savoir prendre le temps de souffrir.

Chantal THOMAS, L'EXPRESS

2 comentarii:

Incze Klára spunea...

Acum inteleg si eu mult mai bine substratul comentariilor tale.

Cristian SÎRB spunea...

:) Substratul era foarte la suprafata.